Actions

Work Header

A la lisière de la forêt

Work Text:

Il était rare que Naruto passe du temps chez eux. Lorsque Boruto le voyait, c'était le temps de quelques minutes, juste assez pour une blague maladroite de son père qui finissait inlassablement par une dispute puérile puis le garçon montait dans sa chambre en claquant violemment la porte. Il pouvait ensuite entendre son père discuter avec Himawari et il repartait presque immédiatement à son bureau.

Depuis le divorce, c'était presque pire. Avant, ils vivaient tous les quatre dans la même maison, mais maintenant qu'ils n'étaient avec lui qu'une semaine sur deux, c'était à peine s'il le voyait. Il était presque sûr qu'à la vitesse à laquelle il grandissait il pourrait croiser un jour son père dans la rue sans que ce dernier ne le reconnaisse. Mais il savait que Naruto faisait des efforts pour être plus présent, il le voyait dans la façon qu'il avait de rentrer systématiquement pour dormir chez lui lorsque c'était sa semaine peu importe la charge de travail qu'il avait, et c'était ce qui faisait un peu culpabiliser Boruto.

Comment pouvait-il se permettre de manquer de respect à son père alors que celui-ci faisait de son mieux pour être avec eux, quitte à les faire passer avant sa santé ?

Il savait que Naruto ne dormait pas assez et s'était promis, pour faciliter les choses, d'essayer de ne pas commencer une dispute inutile qui le fatiguerait encore plus. Et pour éviter ça, la solution la plus évidente (bien qu'assez extrême) était de se contenter du strict minimum en terme de conversation.

Pourtant, alors qu'il allait à la cuisine au beau milieu de la nuit pour boire un verre d'eau, il ne put retenir sa curiosité lorsqu'il tomba nez à nez avec son père qui était debout, dos à lui et semblait cuisiner quelque chose.

- Qu'est-ce que tu fais ?

Naruto sursauta et le simple fait qu'il n'ait pas senti sa présence suffisait à faire comprendre à Boruto qu'il lui manquait plusieurs heures (voire jours de sommeil). D'habitude, il ne pouvait même pas le surprendre tellement il était entendait et sentait tout ce qu'il se passait autour de lui, ce qui témoignait bien de ses années d'entraînement intense.

- Boruto, qu'est-ce que tu fais debout à cette heure-ci ? Tu as école demain, tu devrais être couché depuis longtemps.

Le garçon ignora sa question et se pencha pour jeter un coup d'oeil à sa préparation. Était-ce un gâteau au chocolat ou une immondice qu'il avait complètement ratée ? Il ne saurait pas vraiment dire, pensa-t-il en retenant une grimace.

- C'est rare que tu cuisines.

Naruto se reconcentra sur sa préparation, mais Boruto ne put s'empêcher de remarquer le sourire discret qu'il essayait de contenir en vain. Ce sourire, il pouvait le reconnaître sans problème : c'était le même qu'il avait sur les photos de son mariage lorsqu'il regardait Hinata. Un sourire à la fois gêné et heureux qui lui donnait la nausée tellement il était niais. Il ne comprenait vraiment pas tous ces trucs lié à l'amour et pourquoi quelqu'un passerait volontairement le reste de sa vie avec quelqu'un et voir son père dans cet état l'avait toujours mis mal à l'aise.

(On lui avait raconté que dans sa jeunesse sa mère avait été bien pire, mais il ne pouvait même pas l'imaginer.)

Ils restèrent côte à côte pendant quelques minutes, dans le silence, Boruto regardant son père cuisiner. Ses mouvements étaient maladroits et il y avait probablement autant de préparation autour du saladier qu'à l'intérieur, mais il voyait qu'il faisait des efforts pour réussir. De ce qu'il savait, son père n'avait jamais vraiment cuisiné, même lorsqu'il vivait seul étant plus jeune, mais à cet instant, alors qu'il devait être près de deux heures du matin, Naruto semblait déterminé à faire de son gâteau le meilleur de Konoha.

Boruto savait que c'était impossible, pas alors que sa mère était la meilleure cuisinière du village, mais Naruto pouvait essayer de lui arriver à la cheville.

- Demain Sasuke sera à la lisière de la forêt. Je dois aller le voir pour qu'il me fasse le rapport de sa mission, je rentrerai sûrement tard, expliqua Naruto après quelques minutes de silence.

- Hm... D'accord.

Boruto se félicita presque. A l'époque, il l'aurait accusé d'être un père indigne, mais tous faisaient des efforts pour que leur famille tienne le coup et ils s'en sortaient plutôt bien.

(Il admettait aujourd'hui que la plupart des problèmes qui survenaient à l'époque étaient dus à son comportement exécrable... mais son père aussi avait une part de responsabilité, tout n'était pas de sa faute !)

Il continua de regarder les mouvements mécaniques de Naruto cuisinant, ses paupières devenant de plus en plus lourdes. Peut-être que s'il avait été plus réveillé il aurait posé plus de questions (pourquoi un gâteau ? Est-ce qu'on fêtait quelque chose ? Quand est-ce que Sasuke reviendrait au village ? Est-ce qu'il pourrait l'entraîner ?) mais il était bien trop tard pour qu'il parle autant et il s'endormait presque debout. Naruto le remarqua et rit en le voyant s'avachir de plus en plus sur le plan de travail.

- Tu devrais repartir te coucher.

Boruto acquiesça et remonta tant bien que mal les escaliers pour se coucher dans son lit douillet, se délectant de la chaleur de ses couvertures.

Ce ne fut qu'à ce moment que son cerveau qui semblait jusque là incapable de fonctionner correctement se mit à marcher à toute allure.

Demain soir son père allait voir Sasuke, ils ne seraient que tout les deux et apparemment il était en train de lui préparer un gâteau pour il ne savait quelle raison. C'était si suspect qu'il en frissonna d'inquiétude. En y réfléchissant bien, il était presque certain que Sasuke n'était pas du genre à aimer les sucreries, mais il ne voyait pas vraiment pour qui d'autre Naruto pouvait bien préparer ce gâteau.

(Sasuke ne semblait pas non plus être un papa-poule et pourtant il suffisait de voir comment il se comportant avec Sarada pour comprendre qu'il se plierait en quatre pour sa fille.)

Boruto, les yeux grands ouverts, fixa son plafond avec insistance.

Il avait un mauvais pressentiment concernant la relation entre les deux hommes.